CYRILLE

CYRILLE 48 ANS Dourdan (91)

J’ai 48 ans, marié, 2 enfants. J’habite à Dourdan(91). Après plusieurs années de rugby, je raccroche les crampons pour reposer mon petit corps. Je me dirige vers le VTT et trouve un petit club près de chez moi. Je m’éclate à nouveau dans le sport pendant 2 ans puis commence une période de galère.

C’était il y a 3 ans. J’avais 45 ans. Je commence à sentir des fourmillements dans le mollet gauche. Mes performances sur le vélo diminue quasiment de moitié. Les doigts de ma main gauche deviennent raides. Je suis fatigué, épuisé rapidement. Je vais consulter mon médecin ; rien à signaler. Puis vient une perte de poids et un moral au plus bas. Je m’aperçois que mon bras gauche est souvent plaqué le long de mon corps. Retour de vacances en septembre où pour moi c’est le grand moment de soulagement. Je vais enfin savoir, comprendre ce qui se passe. En réalité, c’est à cet instant que tout s’écroule. J’écoute le neurologue qui me parle de syndrome Parkinson et de dat scan. L’examen va confirmer les dires du neurologue : Monsieur, vous avez la maladie de Parkinson.

Je suis encore plus triste qu’avant mais avec le temps, ma famille, mes amis, mes collègues et ma volonté, je n’ai pas le choix. Je dois vivre avec Parkinson alors vit.

En parlant avec mon meilleur ami, un triathète, je décide de tenter un triathlon découverte : 500 m de nage, 20 kms de vélo et 3 kms de course à pieds. Finisher de mon 1er triathlon, je suis ravi de l’expérience. Et cette année là, j’en ferais 4. Avec la maladie, c’était un défi pour moi.

L’année suivante, j’en ferais 8 en augmentant les distances : S :500 m nage, 40 kms de vélo et 10 kms de course et je tente également le L : 2900 m nage, 90 kms vélo et 20 kms de course. Puis vient mon gros défi : le naturman dans les gorges du Verdon : 2300 m nage, 90 kms de vélo avec un dénivelé de 2500 m et un trail de 20 kms. Je finirai le tout en 8h25 : joie, souffrance, fierté.

Aujourd’hui, je continue les triathlons ; je nage toujours en brasse, je cours et roule deux fois par semaine.

Après 3 ans de Parkinson, des difficultés apparaissent : cheville raide et pied gauche qui tape au sol, sur le vélo diminution de la puissance des jambes.

Qu’importe ; le mental, l’envie de se battre, de continuer d’avancer sont présents. De toute façon Parkinson est en toi et ne te lâcheras pas, alors vis avec. Et surtout ne baisse pas les bras.

Cet article a 11 commentaires

  1. Nallamoutou

    C’est tellement fort de lire des témoignages tel celui ci je suis certaine que ça poussera certains à se surpasser et c est exactement ce qu’il faut faire… Parkinson doit devenir l’ombre de soi même bravo à tous les gens malades qui réalisent des performances incroyables ils sont porteurs d espoir pour chacun d’entre nous

    1. Pammachius

      Merci ma sœur
      Je vis avec ce parki
      Et je n ai pas l intention de laisser
      Dirigé ma vie
      Molan labe

      1. Marcel Jeuland

        BRAVO à ce superman ! Quelle dose de volonté tu as et tu seras plus fort que cette saleté de maladie. Tu vas devenir un exemple pour nous tous. Merci pour To précieux témoignage..

    1. Pammachius

      J essaye
      Merci

  2. Véronique Lelièvre

    Quel parcours quelle rage quel courage quel athlete!! Et bien oui Cyrille donne l’envie de se surpasser de ne surtout pas laisser la ‘ parki’ prendre le pouvoir sur nous !! A mon petit niveau je veux continuer à lutter à avancer en marchant encore un peu plus chaque jour en bougeant davantage et comme tu es inspirant Cyrille…… Merci

    1. Pammachius

      Merci mille fois
      Savoir qu on est pas seul
      Et que l on donne l élan à d autre
      M aide vraiment

    1. Pammachius

      Merci beaucoup
      Ravi de vous rejoindre

  3. Bujanda

    Bonsoir Cyrille,
    J’avais 46 ans quand j’ai été diagnostiquée et j’habitais dans le 91 moi aussi avant de déménager dans le Jura. J’ai eu exactement les mêmes symptômes que toi au début et après la sidération de l’annonce du diagnostic par le neurologue à Arpajon en 2013 que je n’ai pas voulu croire je le suis voilée la face…
    Suite à une période de harcèlement moral qui a précédé mon licenciement j’ai enchaîné burnout, opération du dos et descente aux enfers avant de me ressaisir.
    Depuis j’ai déménagé dans le Jura, entrepris une formation en naturopathie et repris mes activités sportives : Pilates, qi gong, Yoga, zumba, salsa cubaine et rando . J’ai aussi créé le comité France Parkinson Jura. Alors mon message : ne vous laisser pas abattre, !!! La vie continue et elle est chouette

    1. Pammachius

      Merci énormément

Répondre à Marcel Jeuland Annuler la réponse