ISABELLE

ISABELLE

Bonjour, je m’appelle Isabelle Savoye, je vais avoir 55 ans en août. Je suis originaire du Loiret mais j’habite à Valloire (73) car j’ai épousé un savoyard il y a 29 ans. Nous avons 2 beaux enfants, Aurore 28 ans et Nicolas 25 ans, un merveilleux chien et 2 chats. Pour moi, tout ce petit monde est important surtout quand en janvier 2015, on m’a annoncé que j’étais Parkinsonienne.

Depuis mon plus jeune âge, j’ai commencé à faire du sport. J’ai pratiqué le judo enfant, sport conseillé par le médecin car j’étais timide. J’ai pratiqué aussi le basket jusqu’à 14 ans, l’âge où tout a basculé au décès de mon père. J’ai dû arrêter le basket car je travaillais les samedis. Une grosse période de solitude ; j’ai beaucoup marché et me suis mise au vélo.

Je suis partie travailler à Montargis ; c’est là que j’ai découvert les salles de gym. Je me suis également inscrite à un club de voile ; voulant découvrir autre chose que la brasse, je m’inscris dans un club de natation. Pendant 5 ans, ma vie tournait entre les compétitions de voile, la natation et la gym tous les soirs après le travail.

A 23 ans, j’ai décidé de partir en Savoie à Chambéry puis Aix-les-Bains. J’ai repris le judo, la gym et j’ai commencé à courir. Malheureusement au judo je me suis fais mon 1er accident de genou ligaments croisés. Après l’opération pour ma rééducation, j’allais à la piscine tous les jours.

Ensuite, j’ai découvert la randonnée, le ski. Et de nouveau problèmes des 2 genoux ; opérations et rééducation. Après être guérie, je retourne dans les salles de fitness presque tous les soirs et faire de la natation.

En 2014, j’ai commencé à avoir une sensation à gauche au niveau de l’omoplate, une perte de sensibilité. Je ne me suis pas inquiété pensant que c’était la fatigue car je travaillais beaucoup. Fin 2014, mon état ne s’améliorant pas ; mon bras gauche avait du mal à suivre le rythme, je décide de consulter et après plusieurs examens, le diagnostic tombe.

Après un coup d’abattement (cela ne dure jamais très longtemps chez moi), je me suis prise en main; promenade le matin très tôt avec le chien, piscine 1 fois par semaine, zumba et boulot car j’avais 2 entreprises à cette époque (Coiffure et un salon d’esthétique) pendant 2 ans. Ca allait plutôt bien ; mes enfants me soutenaient beaucoup, ma fille me coachait sportivement. Le seul qui ne jouait pas le jeu, c’était mon mari, il, ne voulait rien faire avec moi. Il était toujours fatigué ; j’ai même songé à le quitter à cette époque en pensant qu’il ne supportait pas ma maladie.

Mais son état s’est aggravé ; plus de forces dans les bras et toujours très fatigué. Après plusieurs examens en février 2017, on nous a annoncé qu’il avait la SLA. Et là, nos vies ont basculé ; moi je me suis retrouvé chef d’entreprise, Parkinsonienne et surtout aidante. En 2019, j’ai vendu mes entreprises, trop compliqué à gérer.

Suite à une chute dans les escaliers, opération de nouveau du genou gauche. Je reprend la marche avec difficulté. Je me suis mise au yoga, au vélo électrique.

Mais cela devient compliqué à gérer ; les nuits sont courtes, Parkinson me réveille, je m’occupe de mon mari, de la maison, du jardin, travaille un peu pour ma retraite et ma tête pour sortir de la maison. J’ai perdu physiquement et pourtant tous les jours je me fais violence pour faire quelque chose

Je déteste cette maladie qui te donne l’impression d’avoir quelque fois 95 ans ; les raideurs, les lenteurs, cette jambe gauche qui n’arrive pas à se lever, les réveils nocturnes, les endormissements et le jugement des gens qui t’affirment que tu vas bien car tu as bonne mine et le sourire et qui pensent que je n’ai pas la maladie de Parkinson car je ne tremble pas. Je hais encore plus la SLA, cette maladie est horrible.

Merci à tous mes amis, famille et surtout à mes enfants et leur compagne et compagnon.

Je vous aime

Cet article a 6 commentaires

  1. Mancel Nanou

    Isabelle est à elle seule un moteur, une leçon de vie et de courage mais surtout et avant tout une boule d’Energie et d’Amour !
    Merci pour ce très beau partage !
    Prends soin de toi, de vous !
    Je vous aime ! ( on ne le dit jamais assez !

  2. Miranda

    Quel beau parcours que je connaissais plus ou moins
    Je suis fière de vous avoir accompagnée pendant toutes ces saisons, vous m’avez tellement appris et même aujourd’hui alors que nos chemins se sont séparés, j’apprends encore à travers de votre courage, optimisme, obstination, détermination, et l’amour pour l’autre.
    Je ne vous oublierais jamais et vous porterais toujours dans mon coeur…

  3. Lelièvre Véronique

    Merci Isabelle pour ce témoignage. Le courage la détermination la persévérance la générosité l’amour…. Tu véhicules tellement de valeurs saches que pour moi et sûrement beaucoup tu es inspirante…. Merci
    Ne t’oublies pas 💕

  4. Marie Claire Petit

    Chère Isabelle,
    Merci Merci Merci
    Un tel témoignage me touche énormément.
    Tu es si précieuse pour moi ; et pour le monde .
    J ai l habitude de dire sue la vie est plus forte que tout et tu en es l exemple concret !
    Depuis que je te connais ma foi a grandi et je veux continuer ton com bat et celui d ‘Alain .
    Vous êtes de ma famille.

  5. Gobert Maud

    Alors que beaucoup auraient baissé les bras, Isabelle et sa famille se battent au quotidien sans jamais se plaindre.
    La famille Savoye est une belle leçon de vie pour tous ceux qui se plaignent alors, que cela n’a pas lieu.

    J’ai vraiment un profond respect pour vous Isabelle, Alain, Aurore et Nicolas.

    Bises,

    Maud

  6. NHU Minh

    Bonjour.
    Une belle l’histoire de votre force et aussi celle de la famille face à cette maladie !
    je dois prendre votre cas et aussi le cas des autres personnes sur ce site pour le sortir de
    cette enfer depuis j’ai appris moi aussi face à cette maladie !
    Merci à vous et les autres témoignés.
    Minh

Répondre à NHU Minh Annuler la réponse