Myla

Myla

Je suis Myla, âgée de 60 ans et quelques mois, ex infirmière.

J’ai fait connaissance avec Parkinson, il y a un peu plus de 10 années maintenant suite à une succession de chocs émotionnels, le dernier étant l’estocade suite rupture de vie commune.

Au début j’étais seule face à cette déferlante survenant dans mon corps et devant l’incompréhension familiale et amicale. 

Puis ma rencontre avec des personnes pratiquant des thérapies alternatives a changé mon regard sur cette maladie et ouvert un champ de possible. J’ai compris que je pouvais être acteur du processus et non spectateur impuissant devant l’avenir décrit dans le listing de cette pathologie.

Au début j’ai écrit textes et chansons comme un exutoire où les mots vaincre et combattre omniprésents contribuaient à alimenter les maux.  Puis j’ai compris que seule l’acceptation était la porte ouverte vers un mieux être physique et moral avec soi même et non plus entretenir une sorte de duel entre en soi.

Après avoir reçu des soins énergétiques et constatant les bienfaits, je me suis naturellement tournée vers des formations pour devenir Thérapeute en soins holistiques. Tout est basé sur les énergies car le corps est énergie.

J’ai ouvert un salon de soins chez moi en auto entreprise que je transforme en association  de ressourcement afin d’aider le plus grand nombre, toutes pathologies confondues ou simplement besoin de se reposer.

En outre, je me suis découvert une  nouvelle capacité créative. Mon hobby est donc la création de compositions florales artificielles.

Comme je suis sans cesse en état de créativité, j’aime la décoration et relooke meubles et murs. Dernièrement, pendant le confinement, relooking de la cuisine rustique.

Aujourd’hui avec des fluctuations physiques toujours en rapport avec des situations particulières, je peux confirmer une certaine stabilité des troubles et le même traitement inchangé depuis 3 ans. Je dois avouer avoir une certaine propension à me faire confiance plutôt que de consommer des médicaments dont les effets secondaires sont connus. Bien sûr ces idées m’appartiennent; c’est ma façon de voir les choses. La pensée positive améliore grandement la façon d’appréhender la vie, même au ralenti, le but n’est-il pas d’avancer?

Je vous souhaite le meilleur;

Myla.

La publication a un commentaire

  1. Rivière JJ

    Bonjour Myla
    Je pense aussi , et c’est mon ressenti, qu’il faut accepter la maladie, il faut savoir profiter de la vie, faire les activités que l’on aime, bouger et faire un maximum de sport pour ceux qui le peuvent bien-sûr, même une petite marche chaque jour est bénéfique.
    La vie est belle et vaut le coup d’être vécue à fond.
    Amitiés et surtout on ne lâche rien !
    JJ

Répondre à Rivière JJ Annuler la réponse